Menu

Peut-on vraiment voyager gratis ?

Francois bitouzet lthumb

Rédigé par François Bitouzet - Expérience client Rédigé par François Bitouzet

PARTAGES

voyages-sncf.com_lutte_2.jpg

Vous l’avez peut-être vu, en ce moment certains pensent que l’on peut voyager gratis grâce à un problème sur Voyages-sncf.com. L’idée serait que personne à SNCF n’aurait eu l’idée de vérifier ce qui se passe quand quelqu’un annule un billet une fois dans un train…

Vous me direz à juste titre qu’un étudiant y est arrivé.

Alors qui a raison ?

Tout le monde : oui on ne peut pas voyager gratis grâce à une pseudo faille sur Voyages-sncf.com et oui, notre étudiant ne ment pas.


La raison est simplement que pendant les grèves, date à laquelle notre étudiant a voyagé, nous avions assoupli les règles de remboursement et d’échange, afin de faciliter la vie de nos clients autant que possible. C’est l’une des choses que nous avons mises en place de manière ponctuelle.
 

 

Désolé pour ceux qui y ont cru, mais depuis le 17 juin dernier, ce qu’a fait notre étudiant n’est plus possible.

On vous rassure, il n'y a donc pas de "faille" dans notre appli. 

On en profite pour rappeler à tous ceux qui seraient tentés d’essayer, que ce type de comportement ça ne s’appelle pas une faille, mais de la fraude et qu’aujourd’hui nos contrôleurs et nos systèmes digitaux sont optimisés pour poursuivre, dans le train et après, tous ceux qui tenteraient l’expérience.

On préfère vous prévenir, parce que ce qui est prévu pour les fraudeurs est sévère :

- Lors du contrôle à quai ou à bord, un voyageur qui tenterait de frauder en annulant son billet aurait de très fortes chances d’être détecté immédiatement. Les outils des agents d’escale et des contrôleurs sont en effet mis à jour de manière continue pour reconnaître les billets valides et ceux qui ne le sont pas. Dans ce cas de fraude caractérisée, le contrevenant s’expose à régler le tarif maximal en vigueur (prix du billet taux plein tarif auquel s’ajoute une indemnité forfaitaire de 143 euros).
-  A noter que les contrôleurs sont sensibilisés sur ces tentatives de fraude et qu’ils sont en capacité de repérer, au moment du contrôle, d’éventuels récidivistes. 

- Pour les rares cas où la fraude ne serait pas détectée, un contrôle a posteriori est réalisé permettant d’identifier les contrevenants concernés. Pour ces contrevenants, le service de la sureté économique et financière SNCF procède à des actions de régularisation auquel s’ajoute des frais de dossier. Si la personne refuse de régulariser sa situation, des poursuites judiciaires peuvent être engagées.

- Depuis l’adoption de la loi Savary promulguée en mars 2016, un fraudeur qui inciterait d’autres personnes à commettre ce type de fraude serait passible de poursuites judiciaires.